Vendre votre maison peut être une expérience difficile. Trouver un bon agent immobilier, embellir votre propriété et organiser des visites ne sont que quelques aspects à prendre en compte. Et puis il y a l’aspect juridique. Pour plus de clarté, ce guide juridique complet couvre tous les aspects de la vente de votre propriété française, y compris les frais de vente, les obligations, la TVA et la représentation fiscale.

Le coût de la vente

Lors de la vente de votre propriété, il est nécessaire de faire appel à un notaire. Seuls les notaires sont en mesure d’effectuer le transfert de propriété d’une partie à une autre. La bonne nouvelle pour le vendeur est que l’acheteur est responsable des frais de notaire. Cependant, le vendeur peut encourir quelques autres frais. Les frais d’agent sont généralement de 5 à 10% du prix de vente et peuvent être payés par le vendeur ou l’acheteur en fonction de la coutume dans la région et de ce qui est négocié entre le vendeur, l’agent et l’acheteur.

Rapports et obligations

Le vendeur est responsable de fournir divers rapports techniques à l’acheteur comme suit:

  • Termites : si la propriété est dans une zone affectée qui comprend la plupart des régions les plus chaudes de France.
  • Amiante : si la propriété a été construite avant le 1er juillet 1997
  • Plomb : si la propriété a été construite avant le 1er janvier 1949
  • Gaz et électricité : si les installations de la propriété ont plus de 15 ans
  • Risques naturels et anthropiques majeurs tels que les inondations, les avalanches, les mouvements de terrain, etc. s’il existe un plan pour prévenir de tels risques dans la région.
  • Rapport de performance énergétique
  • Rapport sur les dispositions d’élimination des eaux usées : si la propriété n’est pas raccordée au tout à l’égout. Celui-ci entre en vigueur le 1er janvier 2013, bien que dans certaines régions, l’autorité locale insiste pour le fournir maintenant.

Il existe également une obligation d’informer l’acheteur de tout risque majeur d’origine humaine ou naturelle qui existe dans la zone s’il existe un plan des autorités locales pour prévenir le risque. Ces informations sont disponibles auprès de la Mairie et peuvent également être obtenues sur Internet.

Impôt sur les plus-values

Si la propriété est votre résidence principale, vous êtes exonéré de l’impôt sur les gains en capital à la vente. La règle simple est que vous devez résider dans la propriété au moment de la vente, ce qui signifie que le contrat initial ou le compromis de vente est signé. Une fois la vente convenue, il est possible de quitter la propriété et de déménager ailleurs avant la fin de la vente sur la propriété française tant que le délai n’est pas « déraisonnable ». Si la propriété n’est pas votre résidence principale lorsque vous la vendez, des valeurs majorées peuvent être payables.

TVA

Jusqu’à très récemment, la TVA était due sur la vente de biens immobiliers de moins de cinq ans et un taux réduit de droit de timbre (0,715%) était dû par l’acheteur. Cependant, il y a eu une refonte de la TVA et l’un des résultats est que la TVA n’est plus payable sur la vente de biens de moins de cinq ans, sauf pour ceux achetés « sur plan » et l’acheteur paie désormais le taux normal du droit de timbre ( 5,09%).