L’achat d’un immobilier ne se fait pas suite à un coup de tête. Des préparatifs et des réflexions sont nécessaires pour éviter de faire des erreurs.

La constitution d’un apport personnel favorise l’achat d’un logement

Si vous avez un apport personnel compris entre 10 à 20 % du prêt total que vous escomptez pour la procuration d’un bien immobilier, votre dossier aura probablement plus de chance d’être considéré par rapport aux autres. Cet apport personnel qui peut dériver d’un prêt familial, d’un héritage ou des épargnes semble rassurer davantage ces établissements bancaires. De ce fait, il est recommandé de prévoir cette part avant de soumettre le dossier à l’analyse. Il se peut également que ces institutions vous proposent des conditions plus attrayantes comme une diminution du taux d’intérêt, une baisse des garanties, etc. si vous avez un apport personnel conséquent pour réaliser votre projet.

Un endettement maîtrisé avant la procuration d’un bien immobilier

Avant toutes sollicitations de prêts immobiliers, vous devez vous assurer de ne pas dépasser votre seuil d’endettement. Dans ce sens, tenez compte du ratio d’endettement que vous pouvez endosser et qui ne doit généralement pas dépasser 33 % de vos revenus mensuels. À titre d’illustration, notez que si vous gagnez 1700 euros le mois, les mensualités de crédit que vous pourrez payer correctement ne doivent pas excéder 561 euros.

Des comparaisons de propositions d’aides et de prêts

Pour vous assurer de réunir toutes les conditions pour l’achat de votre bien, vous devez également songer à effectuer un inventaire des différentes aides et prêts bonifiés. En tant que primo-accédant, il se peut que vous ayez certains droits comme au PTZ, au 1 % logement qui est aujourd’hui connu comme « Action Logement » ou encore au PAS par exemple. Afin d’avoir ces informations à votre disposition, vous pouvez vous rendre dans une banque pour être conseillé davantage. Toutefois, notez que des dispositifs d’aide aux primo-accédants ont été mis en place dans certaines municipalités (Marseille, Toulouse, Puy-en-Velay, etc.). Les démarches proposées restent simples alors que les apports peuvent être très fructueux.

Nécessité de comparaison des offres

Avec l’assistance d’un courtier en prêts immobiliers pour vous conseiller, n’hésitez pas à comparer les différentes offres bancaires proposées sur le marché. En adoptant cette démarche quasi automatique, vous serez plus enclins à retrouver l’établissement bancaire qui présente la meilleure offre. Avec ce professionnel, vous pourrez bien calculer les taux et les intérêts tout en évitant de vous faire avoir dans les questions afférentes aux réductions des frais de dossiers ou encore aux coûts des diverses assurances obligatoires. Il est à préciser que le coût de la prestation de ce professionnel sera déterminé et réglé dans le dossier du financement global du bien immobilier.